Cinéma palace
Resident evil : bienvenue à racoon city 2021 film

Résumé du film “Resident Evil : Bienvenue à Racoon city”

Il s’agit d’un reboot de la franchise Resident Evil. Bienvenue à Racoon city est un mélange d’éléments de l’histoire des premier et deuxième jeux Resident Evil. Ce jeu de survie et d’horreur zombie suit une bande de survivants qui doivent faire une course contre la montre pour découvrir la vérité qui a transformé leur ville isolée en un piège mortel.

Les franchises de genre populaires ne meurent jamais vraiment ; elles sont toujours prêtes à sortir de leur tombe sous des formes mutantes et modernisées. Ainsi, après six longs métrages avec Milla Jovovich en tête d’affiche (et souvent dirigés par le réalisateur Paul W.S. Anderson), les jeux vidéo de zombies de Capcom retrouvent une nouvelle vie sur grand écran avec “Resident Evil : Welcome to Raccoon City”, un reboot qui se débarrasse de son personnage principal et vise une adaptation plus fidèle de son matériau source interactif.

Cette approche s’avère être un échec total, car le scénariste-réalisateur Johannes Roberts fournit beaucoup de fan service, mais peu d’intrigue cohérente et encore moins de frayeurs. Si l’on ajoute à cela des effets CGI de pacotille, le pronostic de cette saga de morts-vivants semble bien sombre.

Contexte

Combinant les personnages et les prémisses des deux premiers titres de la série de Capcom, “Resident Evil : Bienvenue à Raccoon City” s’ouvre sur un flash-back des expériences de jeunesse des frères Claire et Chris Redfield dans un orphelinat dirigé par Umbrella Corporation, un infâme conglomérat pharmaceutique qui domine Raccoon City, un hameau du Midwest.

Ce prologue est revisité occasionnellement dans le reste du récit de Roberts, et son but est d’introduire le scientifique maléfique William Birkin (Neal McDonough), d’établir un futur deux ex machina, et de faire allusion à une épreuve traumatisante pour Claire qui n’est jamais correctement résolue. Ce genre de négligence est emblématique du film, qui prend ensuite l’habitude de placer l’adulte Chris (Robbie Amell) en situation de péril zombie accablant, pour le sortir du danger comme par magie grâce à des montages bon marché.

Résumé

Se déroulant au cours d’une nuit dangereuse de 1998, “Resident Evil : Bienvenue à Raccoon City” retrace l’histoire de Chris et de sa soeur Claire (Kaya Scodelario), qui retourne à Raccoon City parce qu’un copain de chat a affirmé qu’Umbrella ne fait rien de bon. C’est vrai, et il ne faut pas longtemps pour qu’elle soit à la fois réunie avec Chris (qui est resté dans leur ville natale), puis séparée de lui lorsque lui et ses collègues de la police tactique – la coriace Jill Valentine (Hannah John-Kamen), l’arrogant Albert Wesker (Tom Hopper) et le sans-gêne Richard Aiken (Chad Rook) – se rendent au manoir Spencer à la recherche de leurs camarades disparus de l’équipe Bravo.

Alors qu’elle enquête sur cette demeure effrayante, Claire fait équipe avec le nouveau policier Leon S. Kennedy (Avan Jogia) et le chef Brian Irons (Donal Logue), ce dernier étant incarné par Logue dans le rôle d’un cliché qui ne cesse de hurler. Ensemble, ce groupe n’a pas la moitié du charisme de Jovovich, bien qu’à leur décharge, le scénario de Roberts se soucie à peine de leur donner une once de personnalité distinctive.

Les joueurs reconnaîtront rapidement que la narration à double sens de Roberts est une combinaison de “Resident Evil” (la mission de Chris) et de “Resident Evil 2” (le fil conducteur de Claire). De nombreuses autres touches sont disséminées dans le jeu pour satisfaire les irréductibles, notamment l’apparition d’un lécheur et d’un Titan monstrueux, des laboratoires souterrains et des passages secrets auxquels on accède en résolvant des énigmes, ainsi que des zombies lents qui se précipitent soudainement sur les victimes potentielles. L’authenticité superficielle ne peut cependant pas compenser l’absence de tension nerveuse, ce que les originaux de Capcom, contrôlés par l’utilisateur, offraient à profusion.

Les sautes d’obstacles de Roberts sont d’une qualité médiocre, et pire encore, lui et le directeur de la photographie Maxime Alexandre n’offrent qu’une seule vision troublante : celle d’un jeune enfant et de sa mère qui partagent le même regard vide et effrayant et des cheveux qui s’éclaircissent rapidement. Les morts-vivants eux-mêmes sont un groupe fade, marqué par des visages pâteux et veineux, des bouches béantes et beaucoup de rugissements génériques.

Roberts est tellement occupé à faire volte-face entre ses deux intrigues qu’il ne se pose jamais assez longtemps pour faire monter le suspense ; notamment, une séquence prometteuse impliquant un briquet défectueux ne rapporte rien, vu la rapidité avec laquelle elle se transforme en combat chaotique habituel.

Après de nombreuses explosions et la trahison d’un membre de l’équipe, Chris et Claire unissent leurs forces pour se frayer un chemin vers la sécurité. Néanmoins, les enjeux du survival-horror dans “Resident Evil : Bienvenue à Raccoon City” restent terriblement faibles, car tout est esquissé en une seule dimension, qu’il s’agisse des origines et de la finalité de la menace zombie (le virus T n’est mentionné qu’avec désinvolture), du lien entre Chris et Birkin, de l’affection de Jill pour Albert ou de Raccoon City elle-même, qui ressemble plus à un décor abstrait qu’à une véritable communauté. Ce genre d’ébauche est également fidèle aux jeux, ce qui prouve simplement que la fidélité n’est pas une fin en soi.

Une paire de zooms précoces, ainsi que des cartes de temps intertitres blanc sur noir récurrentes, flirtent avec l’esthétique des années 70 – une impression renforcée par la décision de Claire de faire de l’auto-stop jusqu’à Raccoon City dans un gros camion. Cependant, les effets de synthèse médiocres, le montage désordonné et la musique criarde font de ce film un film de série B contemporain. Les défauts du reboot ne sont pas liés à une époque particulière. Dans n’importe quelle décennie, la ribambelle de détails inexpliqués, d’intrigues secondaires abandonnées, de personnages minces comme du papier et de scènes d’épouvante sans conséquence décevrait.

Ajouter un commentaire