Cinéma palace
bruce willis cinquième élément luc besson

Notre avis et résumé sur le film « Le cinquième élément »

Le 9 mai 1997, Luc Besson a présenté le cinquième élément, un film d’action de science-fiction, dans les salles de cinéma américaines, quelques jours après que le film ait été présenté en première partie de soirée au 50e Festival de Cannes.

Il s’agit d’un méli-mélo où l’on trouve de la grandeur. Comme « Metropolis » (1926) ou « Blade Runner », il offre des visions si extraordinaires que l’on met ses critiques en veilleuse et que l’on est simplement reconnaissant de les voir. Si Besson avait été capable de lier ces images à une histoire plus disciplinée et à un montage plus impitoyable, il aurait peut-être eu quelque chose de vraiment intéressant.

Résumé

Le film commence en « Égypte, 1914 », ce berceau non seulement des civilisations, mais aussi d’innombrables films d’horreur occultes. À l’intérieur d’une tombe ancienne, des scientifiques se réunissent sur le site d’un événement qui a eu lieu des siècles plus tôt. Quatre pierres, représentant les quatre éléments, avaient été conservées ici jusqu’à ce qu’un vaisseau spatial, ressemblant étrangement à un ananas, arrive pour les emporter. L’un de ses êtres extraterrestres, entonnant d’une voix électroniquement basse, dit : « Prêtre, tu nous as bien servis. Mais la guerre arrive. Les pierres ne sont plus en sécurité sur la Terre. » La scène tourne en séquences d’action. Mais « Le Cinquième Élément » passe rapidement à une autre scène extraordinaire, celle de la ville de New York au milieu du 23e siècle. La métropole futuriste, construite à un coût énorme avec de grands modèles et effets détaillés, est merveilleuse à voir. Elle ressemble à Flash Gordon croisé avec ces vieilles couvertures de Popular Mechanics sur les automobiles volantes du futur. Les tours s’élèvent vers le ciel, mais les conditions de vie sont minables et la plupart des gens vivent dans de minuscules cellules modulaires où TOUT le confort de la maison est à portée de main.

Pendant ce temps, la Terre est menacée par un gigantesque objet ardent et pulsant qui se dirige vers elle à une vitesse vertigineuse. Tout ce que nous savons, c’est qu’il ne cesse de grossir », rapporte un scientifique. Ian Holm joue le rôle d’un astrophysicien qui observe de manière significative, « C’est le mal – le mal engendre le mal. Quel est cet objet ? Quels sont les rudes extraterrestres qui s’approchent de la Terre dans son sillage ? Et comment l’arrêter ? Les espoirs de l’homme reposent peut-être sur Leeloo (Milla Jovovich), clonée à partir d’une seule cellule étrangère au monde, qui vient à l’existence avec des cheveux roux flamboyants déjà noirs à la racine (ces cellules se souviennent de tout). Leeloo est vêtue d’un vêtement qui semble improvisé à partir de bandages Ace, mais qui ne suscite aucune plainte de ma part (les costumes sont signés du couturier français Jean-Paul Gaultier, dont la stratégie favorite en tant que créateur est de commencer par couvrir les endroits stratégiques, puis de s’arrêter).

Des types militaro-industriels veulent utiliser Leeloo à leurs propres fins ; ils l’observent derrière une vitre incassable. Elle brise la vitre, s’empare des parties intimes d’un général et plonge à travers ce qui ressemble à un mur de papier d’aluminium doré et froissé, se précipitant à l’extérieur vers une corniche située dans les nuages. Elle saute, mais elle est sauvée de la mort sur les trottoirs en passant à travers le toit d’un taxi conduit par Korben Dallas (Bruce Willis), qui semble avoir été transporté directement du taxi de « Pulp Fiction ». Leeloo possède des pouvoirs inimaginables, mais elle a besoin d’aide, et Korben se lie d’amitié avec elle. Bientôt, l’avenir de l’univers est entre leurs mains, tandis que le film déroule la suite de l’histoire. Le « cinquième élément » du titre, apprend-on, est la force vitale elle-même, celle qui anime l’inanimé (les quatre autres éléments sont la terre, l’air, le feu et l’eau). Leeloo représente cet élément. Contre elle se dresse une vaste force anti-vie, une sorte de trou noir de la mort. Tous les 5 000 ans, un portail s’ouvre entre les univers où vivent ces deux forces ; la force maléfique peut s’y glisser si les cinq éléments ne sont pas correctement déployés contre elle. La boule de feu pulsant dans l’espace est la manifestation physique de la force obscure.

Deux races extraterrestres sont impliquées avec l’humanité dans cette bataille imminente : les Mondoshawan, qui vivent dans de grandes combinaisons blindées encombrantes (c’était leur ananas poilu), et les Mangalores, dont on peut imaginer le visage en croisant un bouledogue, un poisson-chat et un conseiller municipal. Les Mangalores sont à la solde du sinistre Zorg (Gary Oldman), qui soutient la force maléfique malgré le fait que (d’après ce que j’ai compris) elle le détruirait en même temps que tout le reste.

Luc Besson

Besson nous offre un grand concept visuel après l’autre. Un concert, par exemple, mettant en vedette une immense diva extraterrestre dont la peau brille d’une lumière bleue fantomatique et dont d’étranges cordes sinueuses sortent du crâne. Et une station spatiale qui semble être une sorte de Las Vegas intergalactique, dans laquelle un disc-jockey (Chris Tucker) se pavane en animant une émission de télévision sans fin. Et des intérieurs de vaisseaux spatiaux qui réussissent à briser le moule « Star Wars »/ »Trek » et à imaginer comment une race extraterrestre pourrait concevoir son pont de commandement.

Notre avis

Le film est un triomphe de crédits techniques ; le directeur de la photographie est Thierry Arbogast, le concepteur de la production est Dan Weil, et les effets spéciaux sont réalisés par Digital Domain, qui a créé la Mars futuriste dans « Total Recall ». Et n’oubliez pas que Besson a conçu ces images et qu’il a eu l’audace de croire que ses visions étranges pouvaient donner lieu à un film.

Je lui en suis reconnaissant. Je n’aurais pas manqué de voir ce film, et je le recommande pour la richesse de son imagerie. Mais à 127 minutes, ce qui semble une durée raisonnable, il joue long. Il y a beaucoup trop de l’ennuyeux personnage du disc-jockey à la fin du film, alors que l’intrigue devrait se concentrer sur les affaires. Les séquences s’éternisent, peut-être parce que leur création a nécessité beaucoup de travail et de dépenses. La monteuse, Sylvie Landra, est responsable en dernier ressort du rythme, mais il ne fait aucun doute que Besson a plané au-dessus de son épaule, amoureux de ce qu’il avait créé. Un élagage féroce préserverait ce qui rend « Le Cinquième Élément » remarquable, et supprimerait ce qui le rend redondant. Il y a de bonnes choses ici, et le film devrait se débarrasser de son propre chemin.

Ajouter un commentaire